MESSE D’ORDINATION EPISCOPALE DE MONSEIGNEUR MIGUEL ANGEL OLAVERRI ARRONIZ.

Written by on 17 juillet, 2018

Le dimanche 28 avril 2013 a été célébrée, au stade Municipal de Pointe-Noire, la messe d’ordination épiscopale de son Excellence Monseigneur Miguel Angel Olaverri Arroniz, Salésien de Don Bosco. Messe présidée par Monseigneur Pierre Pican, évêque émérite de Bayeux-Lisieux, en France, qui avait à ses côtés Monseigneur Jan Roméo Pawlovsky, nonce apostolique du Congo et Gabon, tout l’épiscopat congolais et des évêques venus de l’angola, du Gabon et de la République Démocratique du Congo. Cela s’est passé devant plusieurs invités de marque, dont l’épouse du président de la république, Madame Antoinette Sassou Nguesso, de quelques membres du gouvernement de la République du Congo, entres autres ; Colinet Macosso, Ministre de la Jeunesse et Zéphirin Mboulou, Ministre de l’intérieur, représentant le chef de l’Etat congolais, Monsieur Dénis Sassou Nguesso. On a noté aussi la présence des Préfets des départements de Pointe-Noire et Kouilou, des députés, et d’autres autorités administratives, politiques et militaires. Monsieur l’ambassadeur d’Espagne, au Congo, était également du côté des officiels. Des amis et parents de Monseigneur Miguel, la présence de sa sœur cadette. Les prêtres, religieux et religieuses, sans oublier les chrétiens du diocèse de Pointe-Noire qui, certains avec des tee-shirts flockés de l’effigie de leur nouvel évêque et des fidèles du Christ venus des autres diocèses, qui avaient pris d’assaut, dès les premières heures du matin, les gradins du stade.

« Voici le jour que fit le Seigneur, jour de fête et de joie. C’est un bonheur sans prix de vous compter parmi nous, en ce jour solennel… » C’est par ces quelques mots que le vicaire général, du diocèse de Pointe-Noire, l’abbé Alain Loemba Makosso, a bien voulu ouvrir cette solennité pour souhaiter la bienvenue à toute l’assistance.

Le glas pour le début de l’ordination épiscopale a été sonné par Monseigneur Pierre Pican, évêque consécrateur, qui en répondant au doyen du clergé du diocèse de Pointe-Noire pour que soit ordonné le père Miguel pour la charge de l’épiscopat. Il a demandé qu’on fasse la lecture de la lettre qui le désigne pour cette charge, lettre venant du Siège Apostolique.

La lecture de la Bulle élevant Monseigneur Miguel Angel Olaverri Arroniz à la charge épiscopale, écrite en latin et traduit en français, a été faite par Monseigneur Jan Roméo Pawlovsky, nonce apostolique du Congo et Gabon. Après cette lecture, le nonce apostolique a montré la Bulle à toute l’assemblée.

S’agissant de la liturgie de la parole, les textes ont été ceux du cinquième dimanche de Pâques, de cette année liturgique C. Soit la première lecture dans le livre des Actes des Apôtres au chapitre 14,21-27 ; le Psaume 144 ; la deuxième lecture a été extraite de l’Apocalypse de Saint Jean, chapitre 21, 1-5. L’évangile était celui de Jésus Christ selon Saint Jean dans le chapitre 13, 31-35. Après la lecture de cet évangile, faite par un diacre, l’évêque consécrateur, en commençant son homélie, a tout d’abord rappelé quelques bribes de la première lecture, où Paul et Barnabé affermissent le courage des disciples et les exhortent à persévérer dans la foi. Pour continuer, il a souligné que le Concile Vatican II, dont nous célébrons le cinquantième anniversaire de l’ouverture cette année, précise que les évêques étant les successeurs des apôtres, reçoivent du Seigneur, à qui tout pouvoir a été donné dans le ciel et sur la terre, la mission d’enseigner toutes les nations et de prêcher l’évangile à toute créature, afin que tous les hommes par la foi et le Baptême, et l’accomplissement des commandements obtiennent le salut.

Nous sommes très nombreux aujourd’hui autour du père Miguel, pour rendre grâce au Seigneur, a-t-il poursuivit de dire. En se référant au psaume, il a fait savoir que le Seigneur n’abandonne jamais, il vous envoie un pasteur que vous connaissez déjà et que vous attendez beaucoup. Que la grâce de Dieu le pénètre, le comble et l’inspire toujours durant son ministère, a souhaité l’évêque consécrateur.

Pour se faire une idée de la responsabilité particulière, de Monseigneur Miguel, au service du peuple de Dieu qui lui est confié aujourd’hui dans l’Eglise, l’évêque consécrateur s’est appuyé sur la parole de Dieu telle que donnée par l’Eglise, en ce cinquième dimanche de Pâques. En accueillant la parole de Dieu dans la foi, nous allons nous laisser toucher par le Seigneur Lui-même. Après il a encore rappelé le Concile Vatican II, sur quelques principales charges de l’évêque ; la prédication de l’évangile est la première. Il a aussi évoqué l’exhortation de Benoît XVI sur l’Afrique, en novembre 2011, où il présente la mission des évêques avec une forte détermination. Votre premier devoir est de porter à tous la Bonne Nouvelle du salut et de donner aux fidèles une catéchèse qui contribue à une connaissance plus approfondi du Christ. Veiller à donner aux laïcs une vraie conscience de leur mission ecclésiale, et inviter les à la réaliser avec le sens des responsabilités, envisageant toujours le bien commun.

Il a invité toute la chrétienté à avoir la passion, de faire rencontrer le Christ à toutes les personnes qui ne connaissent pas encore le Christ, et qui demeurent à distance de ses appels.

Après avoir scruté les textes de la liturgie, il a renvoyé, très fraternellement les fidèles du Christ de l’Eglise du Congo au document écrit par leurs évêques, et qu’il a bien voulu citer quelques strophes, parce que le trouvant important, où les évêques invitent tout le monde à avoir la pratique des bonnes valeurs ,et à dire non à la corruption, non à l’incivisme, non aux déviances sexuelles, non à l’impunité, non aux attaques des valeurs démocratiques, non à tout ce qui dégrade la relation entre les personnes et dénature la vérité. Ces anti valeurs ne doivent plus tenir le haut du pavé, a poursuivi l’orateur, et ceci en indiquant le document des évêques du Congo. Il a en substance loué ce travail, faisons notre ce message, a-t-il souligné. Pour terminer, il a voulu confier le Congo, et surtout le diocèse de Pointe-Noire à la Vierge Marie qu’il a qualifié de Notre Dame du Congo.

Après l’homélie, est intervenu le rituel d’ordination épiscopale. En commençant par l’invocation de l’Esprit Saint, avec le chant Veni creator, en passant par la série des questions posées à l’ordinand pour son engagement à devenir évêque. Après le chant des litanies des saints, le consécrateur a prié. Cette prière terminée, le consécrateur principal et les évêques consacrants ont imposé les mains à l’ordinand. Et est arrivé le moment de l’onction d’huile sur la tête de l’ordinand par le consécrateur principal qui, après lui a remis le livre des évangiles, en disant : prêchez la parole de Dieu avec une grande patience et le souci d’instruire. Après ceci, Monseigneur Miguel a reçu, toujours des mains du consécrateur principal, les insignes épiscopaux, à commencer par l’anneau, la mitre et la crosse ou le bâton pastoral qui sont le signe de la dignité et de la puissance épiscopale.

Parmi les cadeaux reçus par le nouvel évêque du diocèse de Pointe-Noire, la première dame du Congo, Madame Antoinette Sassou Nguesso, lui a fait dons d’une grosse croix de Jésus, d’une grande statue de la Vierge Marie et d’une voiture.

Malgré la température caniculaire qui a régnée ce dimanche, les chrétiens du diocèse de Pointe-Noire, qui étaient venus très nombreux des quatre coins de la ville, de toutes les paroisses, est ceux des zones rurales, tout le monde a tenu bon jusqu’à la fin de la cérémonie, dans ce stade de 13.000 places assises, noir de monde où il n y a pas eu d’incident majeur.

A la sortie de cette messe solennelle, on pouvait lire la joie sur le visage de tout le monde, la joie de communier avec leur nouvel évêque. Chacun a trouvé son compte, même les vendeurs d’eau et d’autres succulents rafraichissants ont fait des bonnes affaires. Certains, au sortir de la messe, fredonnaient les morceaux choisis du répertoire de cette messe solennelle, qui était animée par quatre groupes chantant du diocèse de Pointe-Noire. Ce sont les Grégoriens, la famille Kivouvou, la Schola populaire et la chorale diocésaine de la C.C.A.S. Tous ces groupes chantant avaient des ressortissants des autres chorales du diocèse, d’où leur nom de diocésain. Pour la famille Kivouvou, ici il s’agit de nos frères de la République Démocratique du Congo, vivant à Pointe-Noire.

Signalons que, l’évêque consécrateur, Monseigneur Pierre Pican, qui est évêque émérite de Bayeux-Lisieux, est salésien de Don Bosco, comme Monseigneur Miguel. Et c’est lui qui avait envoyé le père Miguel en mission en Afrique, voici 37 ans aujourd’hui. Comme quoi, Monseigneur Miguel a fait son entrée dans la société Salésienne de Don Bosco, le 16 août 1966, où il émet la première profession religieuse des vœux simples, et il est ordonné prêtre le 5 juin 1976 à Barcelone. Il est arrivé au Congo depuis 1977, il a aussi enseigné la langue espagnole dans les lycées technique 1er Mai et Savorgnan de Brazza, en tan que fonctionnaire de l’Etat congolais. Il est né à Pamplona, en Espagne, le 9 mai 1948. Sa famille a des racines profondément chrétiennes, et Monseigneur Miguel est le deuxième d’une famille de trois enfants, dont une fille, sa sœur cadette qui était présente à la cérémonie d’ordination.

Le lundi 29 avril 2013, Monseigneur Miguel a célébré la première messe de son épiscopat à sa cathédrale Saint Pierre Apôtre, une façon de s’asseoir sur sa cathèdre et de prendre possession de son siège canonique.

Il a été nommé évêque du diocèse de Pointe-Noire par le pape Benoît XVI, le 22 février 2013, lors de la fête de la Chaire de Saint Pierre Apôtre.

 


Current track
Title
Artist